Présentation de l’association

La préhistoire de notre association commence dans les années 90 lorsque René Péran, Membre du Quatrième Groupe sur Rennes, invita des collègues à donner des conférences. Robert Colin, à son tour nommé Membre du Quatrième Groupe, tous deux prirent le temps de formaliser de nouveaux projets scientifiques. D’autres activités virent alors le jour : des groupes de travail, un séminaire de lecture de Freud, des débats autour de livres récemment parus, des samedis après-midi de conférences et de discussions. La première « Journée clinique rennaise », qui portait sur L’autisme, se déroula avec la collaboration du Professeur Sylvie Tordjman du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à Rennes. Il est alors apparu évident de rendre les « Etudes Cliniques Rennaises » davantage indépendantes du Quatrième Groupe pour élaborer des projets spécifiques et les réaliser localement. Ainsi, en novembre 2008, nous avons fondé l’association les «Études Cliniques Rennaises »» dont le but officiel est de contribuer au développement des théories et des pratiques psychanalytiques, avec le précieux concours de Lucien Coudrin, Philippe Dardenne, Bernadette Mistral et Anne-Marie Péran.
Catherine Even-Le Berre (Membre du Quatrième Groupe) nous a rejoint au bureau. En quelques années, plusieurs « Journées cliniques rennaises » se sont ainsi succédées : Aux abords de la psychose ; Traumatisme et bouleversement des limites ; Masques de la mélancolie ; Origines de l’activité de symbolisation ; Œdipe et Narcisse ; Vie sensorielle, perception, affect et pensée.
Puis le comité d’organisation de l’association s’est enrichi de la venue d’Alain Rannou (Membre de la Société Psychanalytique de Paris) et de Guy Thépaut.

Depuis le mois de janvier 2017, vous constaterez que la composition de notre bureau et de notre comité d’organisation s’est considérablement modifiée avec l’arrivée de Bernard Gay, Hélène Jambou, Sandra Lebreton et Fabienne Leclere.
Alain Rannou, succédant à Robert Colin à la présidence des « Etudes Cliniques Rennaises » a soucis de poursuivre notre projet, c’est à dire : la promotion d’une pensée et d’une clinique psychanalytiques alerte et vivante dans une liberté de pensée, il faut le dire, soumise à rude épreuve par les temps qui courent ainsi que la création de passerelles entre psychanalystes, philosophes, écrivains, artistes, historiens, physiciens etc..   c’est à dire encore, avec tout penseur intéressé et sensibilisé à notre champ épistémologique.

Catherine Even-Le Berre
Vice-Présidente des Etudes Cliniques Rennaises